Quand on est comme moi, issue d’une famille recomposée et avec de nombreuses ramifications, Noël se transforme très vite en tour de table. Le réveillon chez maman, avec son diner gargantuesque, le repas du 25 à midi chez papa, avec ses dindes aux marrons et ces quartes entrées… Le repas du soir chez tata, où elle se vexe si tu ne manges pas ce que tu as dans ton assiette…

En général à la fin de cette tournée, je rêve d’une salade verte sans sauce… Toute cette nourriture sans fin. Je sais qu’il règne une certaine tradition autour des repas de noël, mais franchement quand on a mangé trois fois consécutives presque le même menu, il arrive un moment ou un peu de fantaisie serait vraiment la bienvenue ! La dinde je peux plus la sentir cette conasse !

Le-repas-de-fête,-un-peu-toujours-le-même

Pour faire plaisir

Je sais bien, que celui qui nous prépare ce repas de fête le fait avec amour, et souhaite avant tout nous faire plaisir. Mais malheureusement, trop de bonne chose tue la bonne chose. Moi aussi j’essaye de faire plaisir en faisant comme si c’était le premier repas que nous faisions, mais il est tout de même un peu difficile de manger comme si de rien étaient des mets dont on se remplit la panse depuis la vielle…

Sans trop en laisser ou sans trop souvent dire non, pour ne vexer personne… Si vous avez une technique pour répondre à ce petit billet, une astuce qui pourrait faciliter tous ces repas, donnez-la-moi svp ! Rien que de m’y imaginer assise devant la sempiternelle dinde aux marrons j’ai des hauts le cœur !